Les Armoiries       
 Héraldique phanariote  
   Reprenant les anciennes armoiries de la Principauté de Valachie et de celle de Moldavie, qu'il leur arriva souvent de réunir dans une même représentation, les princes phanariotes les firent figurer, comme des enluminures, en tête des actes officiels auxquels ils entendaient donner un relief particulier.
   Ces actes étaient rédigés le plus souvent en langue roumaine, écrite dans l'alphabet cyrillique slavon des princes nationaux roumains. Il arrivait, mais bien rarement, que ces actes fussent écrits en grec, et alors seulement au bénéfice d'institutions ou de personnages grecs.
   Il n'existe pas d'étude sur les sources d'inspiration artistique des peintres de ces blasons. Les influences se croisent: peinture d'icônes, baroque vénitien, miniatures turques, et les règles de l'héraldique d'Occident.
   Ce n'est que vers la fin du XVIIIe siècle que s'établit progressivement, sous l'influence occidentale, l'usage pour chaque famille, d'un blason différencié.

 
 
   Frontispice d'un chrysobule du Prince Grigore II Ghika.Voda - 10 nov. 1735. Ecu portant les emblèmes réunis des Principautés de Moldavie et de Valachie. Listel orné de l'inscription, en caractères cyrilliques "Moi, Grigore Ghika voïvode, par la grâce de Dieu
Prince de Valachie".
Les miniatures encadrant les armoiries représentent des saints martyrs de l'Eglise orthodoxe.


   Frontispice d'un chrysobule du 17 janvier 1749 par lequel Grigore II Ghika, voïvode régnant de Valachie, décide que les émoluments des professeurs de grec de l'Académie Princière soient payés sur les revenus concédés aux prêtres.
   Ecus accolés des deux Principautés. Cimier: couronne à sept perles. Supports: deux anges byzantins portant l'un l'épée, l'autre le sceptre.

 
   Frontispice d'un chrysobule du Prince Grigore III Ghika.Voda - décembre 1755, concédant à ses deux fils les beyzadés Dimitrie et Alexandru, le domaine de Hotârniceni en Bessarabie, restitué par la Russie après la signature de la paix russo-turque.
   Ecu de la Principauté de Moldavie; support: deux lions affrontés.
 

 
   Frontispice d'un chrysobule du Prince Grigore III Ghika, voïvode régnant de Moldavie, daté du 20 novembre 1764 accordant au monastère de Precista, de Roman (RO), et à l'hôpital de Saint Spiridon, l'exemption d'impôts, des vases en argent, des vêtements sacerdotaux, plusieurs domaines, des esclaves tziganes et le revenu de la taxe perçue sur la vente du bétails à trois marchés..

 Sources: Mihai D. STURDZA - Grandes Familles de Grèce, d'Albanie et de Constantinople - Paris 1999

Home | Règlement | Index | News | Blasons | Arbre | Sources | Contact | Bibliographie | Inscription | Glossaire  
 
Copyright © 2003-2008 Mona & Florian Budu-Ghyka