Les phanariotes 
   "...En 1453, l'empire ottoman s'était substitué à Byzance, tout comme mille ans auparavant celle-ci avait succédé à ce qui subsistait de l'empire romain en Orient. Mahomet le Conquérant sentit que, pour pouvoir administrer les sujets chrétiens de son empire, il fallait exercer une tolérance aussi proche de l'assimilation que le permettait l'exclusivisme religieux de l'Islam   "
  "...Les privilèges concédés dès lors par le sultan à l'Eglise orthodoxe consacraient deux réligions d'Etat, absolument séparées, l'une réservée à la race privilégiée et dominante des musulmans, l'autre aux chrétiens vaincus et soumis..."
  "...Et parce que la population chrétienne de Constantinople était exempte du "devsirmé" (le recrutement forcé et l'islamisation des enfants chrétiens) il arriva dans la capitale un grand nombre de Grecs, lesquels s'établirent de préférence dans le quartier du Phanar où le Patriarcat avait fini par fixer sa résidence. C'était là, somme toute, autour du Patriarcat dispensateur de privilèges, qu'ils pouvaient trouver l'abri le moins mauvais possible..."
  "...Depuis que l'Autriche et la Russie avaient étendu leur frontière d'Etat jusqu'au confins des principautés roumaines vassales de la Porte, les autorités ottomanes constatèrent qu'à plusieurs reprises les voïvodes roumains avaient noué des relations étroites avec l'empereur Léopold I et le tsar Pierre afin de se joindre à leur politique anti-turque. On pensa à Constantinople qu'il valait mieux s'assurer le contrôle des pays roumains en y nommant directement des princes chrétiens sujets immédiats du sultan. Les principales familles phanariotes étaient là pour offrir les services et les garanties nécessaires..."
  "...la période phanariote, en tant qu'institution effective du monopole grec sur les principautés roumaines date de 1711, après la défaite russe de Stănisleşti ..."
  "...Le titre de Hospodar fut donné par les chancelleries européennes aux princes régnants tributaires du sultan qui, à partir de 1711, gouvernèrent les deux principautés roumaines au nom de la Sublime Porte. En effet, après cette date, ces deux principautés ne furent plus gouvernées par des Voïvodes issus des principales familles de l'aristocratie des boyards roumains...". Mais ".. le véritable titre de ces Hospodars, celui qu'ils se donnaient dans les actes officiels et qu'on leur donnait dans les cérémonies, était celui des anciens princes roumains dont ils avaient pris la place, le titre de Voïvode. A ce titre les princes du Phanar adjoignirent le qualificatif d' hégémone et un cérémonial d'inspiration byzantine..."
  "...Les classifications historiques assignent comme fin de l'époque phanariote l'année 1821...", année de la révolution grecque, quand "... la plupart des familles phanariotes avaient fui en Russie, en Grèce et dans les principautés roumaines... Nous ne pensons pas moins que la véritable histoire des phanariotes n'est close.. qu'en 1922 lorsque Atatürk, en laïcisant l'Etat turc, retira aux églises chrétiennes leurs antiques privilèges et supprima toute raison de résidence au Phanar de ce qui restait des familles phanariotes..."
 Extraits de: Mihai D. STURDZA: Grandes familles de Grèce d'Albanie et de Constantinople p.127-158 - Paris 1999  

Liste des familles phanariotes
Argyropoulo
Aristarchi  

Balassaki  
 
Callimaki
Canano  
 
Caradja
Caratheodori
Caryophyle  
 
Chrisoscoleo
Dimaki
 
 
Evpraghioti  
 
Gheraki, de Céphalonie
Ghica
Guliano  
 
Handjery
Hrisoverghi
Iancoleo (della Rocca)  
 
Lahovary
Lambrino
Lapithi, de Crète
Mamona
Mano
Mavrocordato
Mavrodi
Mavroyeni   
Morona  
 
Mourousi
Negri  
 
Palada, de Crète
Plagino  
 
Ralli de Byzance
Rizo-Neroulo  
 
Rizo-Rangavi
Racovitza
Rallet
Ramadan  
 
Romalo
Rosetti
Scanavi
Schina
Souldjaroglou  
 
Soutzo
Tzouki  
 
Vatatzes  
 
Ventura
Vlahoutzi
Vlasto, de Crète
Vogoridi  
 
Ypsilanti

Ne figurent pas sur cette liste les noms des familles de boyards roumains d'origine grecque, mais non-phanariotes: Palladi, Geanoglu, Hiotu, Spiro-Paul, Villarà, etc.

Les Hauts Dignitaires du Phanar  (à l'exception du Grand Logothète)
selon Dimitrie SOUTZO: Les princes grecs de Moldovalachie p.304-305, Athènes 1975
 
Drogman
de la Flotte
Grand Drogman
de la Sublime Porte
Voïvode
de Valachie
Voïvode
de Moldavie
Leur fin
Jacob ARGYROPOULO
1809
1812-1817
Manuel ARGYROPOULO
1767-1768
Stavraki ARISTARCHI
1821
Exécuté 1822
Alexandre CALLIMAKI
1785-88; 1794-95
1795-1799
Poignardé 1821
Grégoire CALLIMAKI
1761-64; 1767-69
Décapité 1769
Jean CALLIMAKI
1741-50; 1852-58
1758-1761
Décapité 1761
Jean CALLIMAKI
1800-1803
1818-1821
Etranglé 1821
Scarlate CALLIMAKI
1801-1806
1806; 1812-1819
Exécuté 1821
Georges CARADJA
1764-1765
Jean II CARADJA
1807-08; 1812
1812-1819
Jean-Nicolas CARADJA
1799-1800
1808
Manuel CARADJA
1788-1790
Nicolas CARADJA
1777-1782
1782-1783
Scarlate CARADJA
1765-68; 1770-74;
Alexandru I GHICA
1766-1768
Grigore III GHICA
1758-1764
1768-1769
1764-67; 1774-77
Poignardé 1777
Alexandre HANDJERY
1806-1807
1807
Constantin HANDJERY
1790-1797
1797-1799
Exécuté 1799
Michel HANDJERY
1806-07; 1810-11
Décapité 1821
Michel MANO
1816-1818
Exécuté 1821
Alexandre MAVROCORDATO
1782-1785
Alexandre (Firaris) MAVROCORDATO
1783-1785
1785-1786
Constantin MAVROYENI
1811-1816
Nicolas MAVROYENI
1786-1788
Stephane MAVROYENI
1765
Alexandre MOUROUSI
1790-1792
1793-96; 1799-01
1792; 1802-06;
1806-1807
Constantin MOUROUSI
1764-1765
1774-1777
1777-1782
Constantin MOUROUSI
1821
Exécuté 1821
Dimitrios MOUROUSI
1808-1812
Pendu 1812
Georges MOUROUSI
1792-94; 1795-96
Exécuté 1797
Nicolas MOUROUSI
1818-1821
Exécuté 1821
Panayote MOUROUSI
1803-1806
1809-1812
Décapité 1812
Manuel ROSETTI
1770-1771
1788-1789
Nicolas ROSETTI
1765-1767
Alexandre-Michel SOUTZO
1802-1807
Etranglé 1807
Alexandre-Nicolas SOUTZO
1797-1799
1799-1801
1819-1821
1801-1802
Michel I SOUTZO
1782-1783
1783-86; 1791-93
1801-1802
1793-1795
Michel II SOUTZO
1817-1819
1819-1821
Nicolas SOUTZO
1768-69
Décapité 1769
Alexandre YPSILANTI
1774
1774-82; 1796-97
1786-1788
Décapité 1807
Constantin YPSILANTI
1796-1799
1802-1806
1799-1801

L'après Phanar - Les Princes de Samos
"...Les Grecs du Phanar mirent un quart de siècle à se remettre de la saignée provoquée par la révolution de 1821. .... L'Angleterre, qui avait besoin, face à la Russie, d'un allié solide sur la route des Indes, voulut mettre sur pied un empire ottoman réformé, puissant, au sein duquel les différentes nationalités vivraient en harmonie. L'on fit signer au sultan l'édit dit de Gülhané, destiné à assurer l'égalité des droits entre tous les sujets, quelle que fut leur confession....... Les phanariotes profitèrent de l'occasion pour obtenir une dignité princière: le protocole de Londres, signé le 11 décembre 1832 entre la Turquie, la France, l'Angleterre et la Russie, garantissait, entre autres, la sécurité des Grecs de Turquie, et assurait leur rentrée au pouvoir. On imagina à leur profit une principauté tributaire destinée à servir de remplacement aux trônes des principautés roumaines. L'île de Samos, dont on exhuma opportunément d'antiques privilèges, fut érigée en principauté. Son titulaire, Vogoridi, Grec du Phanar, révocable et désigné non-héréditairement par le sultan, devait verser à la Porte un tribut annuel...."
Les princes de Samos :
Stephane VOGORIDI
1835-1852
 
Alexandre CALLIMAKI
1852-1854
auparavant ministre de la Porte à Londres et à Paris, et ensuite ambassadeur à Vienne. Il était le fils de Scarlat Callimaki, Prince de Moldavie, exécuté par les Turcs en 1821.
Jean GHICA
1854-1858
 neveu des Princes régnants de Valachie Grigore IV Ghica et Alexandru II Ghica, connu pour le rôle qu'il joua plus tard dans la politique et les lettres roumaines. Devint ministre de Roumanie à Londres.
Miltiade ARISTARCHI
1858-1866
 fils du Grand Drogman exécuté en 1821; frère du Grand logothète du Patriarcat et du ministre de la Porte à Berlin
Paolo MUSURUS
1866-1872
 frère de Constantin Musurus lequel était ambassadeur de la Porte à Londres et gendre de Stéphane Vogoridi.
Constantin ADOSSIDES
1872-1874
 
Constantin PHOTIADES
1874-1878
 frère de Jean Photiadés, ministre de la Porte à Rome, autre gendre de Stéphane Vogoridi.
Constantin ADOSSIDES
1878-1884
 
Alexandre CARATHEODORI
1884-1894
 représentant plénipotentiaire de la Porte auprès du Congrès de Berlin, gendre de Paolo Musurus. Neveu par sa mère d'Alexandre Mavrocordato, héros de la guerre d'indépendance grecque.
Stéphane MUSURUS
1896-1899
 ensuite ambassadeur de la Porte à Rome et vizir turc. Fils de Constantin Musurus
Alexandre MAVROYENI
1902-1904
 petit neveu du Prince de Valachie Nicole Mavroyeni. Ensuite ministre de la Porte à Washington et ambassadeur à Vienne.
Constantin CARATHEODORI
1906
 fils d' Alexandre Carathéodori
Grégoire VEGLERY
 dernier prince de Samos
 Extraits de: Mihai D. STURDZA : op. cit. p. 148-149

Home | Règlement | Index | News | Blasons | Arbre | Sources | Contact | Bibliographie | Inscription | Glossaire  
 
Copyright © 2003-2007 Mona & Florian Budu-Ghyka