le Phanar, les Principautés et l'Eglise orthodoxe grecque 
   "...L'empire ottoman, sa réligion d'Etat et son organisation politique ne connaissaient, d'une part, que les «Osmanlis», peuple vainqueur, disciple de Mahomet, et, d'autre part, les «ghiaours», masse méprisable des chrétiens asservis par leur défaite..." En même temps "...du côté musulman, le clivage se faisait entre sunnites et chiites; du côté chrétien, l'opposition était irréductible entre les orthodoxes et les catholiques: à la veille de la chute de Byzance, le grand logothète Luc Notara, dans une phrase d'une dramatique concision, avait résumé le problème: plutôt voir Sainte Sophie ornée du turban turc que de la tiare pontificale. L'entente avec Rome était synonime de trahison et ce fut dans le cadre de ce concept de la foi grecque interprétée comme base du patriotisme qu'il faut situer l'action du Phanar...."
  "...L'hellénisation des populations orthodoxes des Balkans semblait d'autant plus justifiée que les seules écoles autorisées par les Ottomans étaient les écoles rattachées à l'église, selon le modèle islamique où les médréssés fonctionnaient à l'ombre des mosquées. Le clergé grec enseignait donc en grec, accentuant encore plus, implicitement, l'ambiguïté dominant les relations entre l'orthodoxie et l'hellénisme..."
  "...D'où la raison des donations immenses faites par les princes phanariotes aux écoles grecques, à partir de domaines et de sommes d'argent situés ou rassemblées dans les Principautés Roumaines ... D'où aussi l'étonnement du Patriarche de Constantinople, Callinique II, auquel le prince de Valachie Constantin Brancovan, un Roumain dont le règne fut le dernier avant l'instauration du régime phanariote, avait fait part de son intention de traduire la Bible en roumain: l'Ecriture Sainte, répliqua le Patriarche, ne pouvait s'exprimer qu'en grec..." (Constantin Brâncoveanu a été décapité- ainsi que ses fils - le 15.VIII.1714 sur l'ordre du sultan - n.a.)
  "...Tous les postes dominants de l'Eglise orthodoxe étaient considérés comme un monopole des Grecs..." et d'autant plus "...le conseil de la Grande Eglise afin d'assurer une meilleure administration des biens de la Nation ... en premier lieu les dizaines de domaines situés en Valachie et en Moldavie, que les voïvodes hégémones de ces Principautés avaient donné aus monastères du Mont Athos, au Saint Sépulcre et aux écoles grecques disséminées à travers tout l'empire ottoman..."
 Extraits de: Mihai D. STURDZA: Grandes familles de Grèce d'Albanie et de Constantinople p.131 - Paris 1999  
Ariadna CAMARIANO CIORAN: Les aides pécuniaires fournies par les Pays Roumains aux écoles grecques
dans "Revue Historique du Sud-Est Européen", 1979/1 p. 123-151 et 1980 p. 63-84
 le Mont Athos 
  "...Péninsule boisée, montagneuse et isolée, propice à la méditation, le Mont Athos était devenu dès le IXe siècle l'un des principaux centres du monachisme et de l'activité religieuse en Orient..."
  "...Formé par la communauté de vingt monastères principaux, dont certains étaient de véritables forteresses tenat sous leur autorité d'autres monastères de moindre importance et de nombreux ermitages, le Mont Athos était notoirement interdit aux femmes. Ses collections de reliques étaient impressionnantes et dépassaient de beaucoup tout ce qu'on pouvait trouver de similaire en d'autres centres de l'orthodoxie... Les tsars de Russie tentèrent quelqefois de s'approprier telle ou telle de ces reliques et les princes roumains en faisaient venir, lors de grandes occaions, pour les exposer à l'adoration des foules. Placé sous de tels auspices, le prestige de la Sinte Montagne alla grandissant, selon une organisation demeurée inchangée à travers les siècles. Les Turcs eux-mèmes n'y touchèrent pas et Mahomet II concéda à l'Athos un firman reconnaisant tous les privilèges de ce haut lieu de l'orthodoxie.."
     
  "...Mais la suzeraineté ottomane, qui empêchait tout développement régulier de l'administration de l'Eglise, obligea les moines à quêter à l'étranger. Dès la fin du XVIe siècles, les tsar de Russie leur permettaient de venir recueillir des fonds. Les souverains de Géorgie firent des donations importantes, mais ce furent surtout les princes et les boyards de Valachie ... et de Moldavie qui, au moyen de dons continuels en terres et en argent, firent des Principautés roumaines «la vache à lait de l'Eglise Grecque» (Cyril Mango, L'architecture byzantine, Paris 1981, p. 342) ..."
  "...A la fin du XVIIIe siècle le Mont Athos, de même que le Saint Sépultre et le monastère de Sainte Catherine au Mont Sinaï, possédaient une immense fortune terrienne dans les principautés roumaines et au Caucase grâce aux dons continuels des souverains de ces pays qui en avaient fait des «biens dédiés». ... En 1798 le Phanar tenta de s'emparer des biens possédés en propre par les monastères roumains de Moldavie et de Valachie en les déclarant eux aussi «dédiés» à l'Athos et au Saint Sépulcre. Les mesures prises en ce sens par le prince de Valachie Constantin Handjery se heurtèrent à une opposition telle de la part du clergé et des boyards roumains que le prince Alexandre Mourousi dût peu après annuler cette spoliation...."
  En 1821 "...La guerre pour l'Indépendance de la Grèce amena pour la première fois des troupes turques à l'Athos, avec pour conséquence un certian nombre de pillages et de dégâts et surtout la confiscation par la Porte de tous les domaines «dédiés». Dès 1827 Stéfanaki Vogoridi, le futur bey de Samos, réussissait à obtenir du sultan la levée du sequestre et l'Athos bénéficia pendant quelques années encore des privilèges de l'ancien régime. Après 1840 la Sainte Montagne allait être entraînée à son tour dans les conflits nationaux que la suprématie des Grecs sur l'orthodoxie avait jusqu'alors empêché de se développer..."
  "...Les Roumains n'eurent jamais à l'Athos qu'un petit ermitage, le Prodrome, et c'est justement lui qui bénéficia en 1863 des seuls subsides que la Roumanie décida d'accorder à la Sainte Montagne après la nationalisation des «bien dédiés» et l'interdiction d'utiliser le grec comme langue liturgique dans l'ensemble des monastères de Roumanie. En 1873 les autorités russes séquestraient à leur tour les «biens dédiés» situés en Bessarabie et au Caucase ..."
  "...Le conflit diplomatique opposant le Mont Athos et le Phanar à la Roumanie apporta gain de cause à celle-ci et marqua le point final de l'influence grecque au nord du Danube..."
 Extraits de: Mihai D. STURDZA: Grandes familles de Grèce d'Albanie et de Constantinople p.132-133 - Paris 1999  

Aides des Ghika pour l'Orient Orthodoxe (XVIIe - XIXe siècles) 
sources: Radu CIUCEANU - Autocraţie şi naţionalism. Destinul unei Dinastii - Ed. Charme-Scott - Buc. 2001
MONASTERES 
VALACHIE
MOLDAVIE
Mont Athos les 20 monastères 1664          
  Filoteu   1734; 1749; 1768;        
  Grigoriu   1769; 1775; 1776;        
  Hilandar   1751        
  Ivir 1664; 1672-1673;          
  Marea Lavra 1664 1753; 1768;     1747  
  Pantocrator         1757-1758;  
  Prodrom     1856-1866     1856-1866;
  Russikon   1751; 1752; 1758-1761;     1754; 1755;
1757-1758; 1764
 
  Sf. Pavel         1755;  
  Vatoped   1752-1753;     1753; 1753-1756;  
  Xenofon   1766;        
  Xeropolam   1758; 1760; 1758-1761;
1767
1824;   1777;  
Alexandria Mon. Sf. Sava   1766     1757; 1764  
Antiohia Patriarchie   1753        
Cipru Mon. Kikku   1748;     1726; 1754;  
Corfu Mon. St. Spiridon            
Drinos   1659-1660;     1658-1659;    
Epir Zitsa   1661; 1671; 1673; 1735; 1749; 1759;
1760; 1765; 1767;
    1753  
Jerusalem Patriarchie         1776  
Jerusalem St. Sépulcre         1728  
Lipnik (Lihnik)   1663 1765        
Megaspileon     1733-1735; 1752-1753;
1758-1761; 1759
    1753-1756  
Meteora St. Varlaam   1758        
Patmos St. Ioan Teologul   1748; 1753;     1728; 1754; 1776;  
Pogoniami Evêché   1754        
Proti Constantinopol   1758-1761; 1766;        
Schitul Mare           1727; 1741; 1747;  
Silistra   1660-1670          
Sinai Ste. Ecaterina   1750        
Studenita   1662          
Tesalonie Ste. Anastasia 1660-1664; 1672-1673;          
Trapezunt Ste. Maria Sumela   1766        
Vârset Ste. Nikola 1673          
Veliko Târnovo Ste. Trinité   1768 1834-1842      
ECOLES 
           
Cipru Ecole Mon. Kikku   1748     1726; 1754;  
Constantinopol Ecole hellénique
des Sciences
        1755  
Gaza           1728; 1735-1739;  
El-Kerak           1728; 1735-1739;
1747;
 
Fesail           1728; 1735-1739;
1747;
 
Jerusalem Ecole St. Sépulcre         1728; 1735-1739;
1747;
 
Korce       1826      
Ramalah           1728; 1735-1739;
1747;
 
Trapezunt     1766        

Dons en argent (connus) offerts par les Voïvodes roumains à Athos (XIVe - XIXe siècles) 
sources: Pr. Dr. Teodor BODOGAE - Ajutoare româneşti la mânăstirile din Sfântul Munte Athos - Sibiu (RO) - 1940
Sont indiqués:
 
 - le monastère bénéficiaire
 - la date du document indiquant le montant de la donation annuelle et le début de la période concernée
 - le nom du Voïvode signataire du document
 - le montant de l'annuité en "aspri" (voir Nota en bas du tableau)
Protathon
1645
Matei Basarab la totalité des impôts des monastères du Mont Athos
 
1664 - Grigore Ghika
1686 - Serban Voda
  dons collectifs des revenus
  des mines de sel Ocnele Mari
Constamonit
1493
Stefan cel Mare
5 000
 
1497
Stefan cel Mare
5 000
 
1517
Neagoe Basarab
?
 
1542
Petru Rares
6 000
Cutlumus
.IX.1369
Vlaicu-Voda
1 200
 
1428
Alexandru Aldea
?
 
29.VIII.1492
Vlad Calugarul
2 000
 
7.XI.1514
Neagoe Basarab
1 000
Dionisiu
28.IV.1577
Petru Schiopul
6 000
 
20.II.1640
Matei Basarab
4 000
 
1692
Constantin Brancoveanu
4 000
 
1695
Constantin Brancoveanu
4 000
 
1713
Constantin Brancoveanu
4 000
 
1715
Stefan Cantacuzino
8 000
 
20.III.1716
Nicolae Mavrocordat
8 000
 
20.III.1716
Mihai Racovitza
8 000
Esfigmenu
1517
Neagoe Basarab
?
 
1546
Petru Rares
?
 
1808-1807
de Floresti (Tutova)
1 500
 
1818
de Floresti (Tutova)
12 000
Filoteu
12.VI.1447
Vlad Tepes
4 300
 
1488
Vlad Calugarul
4 300
 
1492
Vlad Calugarul
4 300
 
1737, 1744
Constantin Mavrocordat,
Grigore Ghika et d'autres
6 600
 
1749, 1768
Grigoriu
1500
Stefan cel Mare pour le couvent St. Trifon
24 000
 
1502
Stefan cel Mare
?
 
1517
Stefan cel Mare
?
 
1520
Stefanita
?
 
1553
Alexandru Lapusneanu
?
 
1761
Alexandru Ghika
?
Hilandar
23.VIII.1517
Neagoe Basarab
7 000
 
23.IV.1534
Vlad Vintila
10 000
 
8.II.1579
Mihnea Turcitul
15 000
Ivir
1515 (?)
Neagoe Basarab
20 000
 
6.IX.1605
Radu Serban
25 000
 
20.II.1649
Gheorghe Stefan
3 200
 
1655
Constantin Basarab
10 000
 
30.I.1664
Gheorghe Ghika
7 000
Lavra
1515-1517
Neagoe Basarab
20 000
 
10.I.1535
Vlad Vintila
10 000
 
1562
Ion Sturdza (Hatman)
30 000
 
20.II.1579
Petru Schiopul
6 000
 
1598 (?)
Ieremia Movila
6 000
 
30.V.1664
Grigore Ghika
6 000
 
1691
Constantin Brancoveanu
6 000
 
1696
Constantin Brancoveanu
6 000
 
23.X.1735
Constantin Mavrocordat
6 000
 
1747
Grigore Ghika
8 000
 
8.XI.1756
Constantin Racovitza
8 000
 
1768
Scarlat Ghika
8 000
Pantocrator
1692-1709
Constantin Brancoveanu
3 000
 
27.IV.1452
Vlad Tepes
pour le couvent St. Ilie
15 000
 
29.VIII.1492
Vlad Calugarul
1 000
   
Russikon
12.VI.1457
Vlad Tepes
6 000
 
1487
Vlad Calugarul
6 000
 
1496
Radu cel Mare
3 000
 
1505
Radu cel Mare
4 000
 
1517
Neagoe Basarab
4 000
 
1743
Ion Mavrocordat
10 000
 
3.II.1750
Constantin Racovitza
15 000
 
1753
Constantin Racovitza
15 000
 
1751
Matei Ghika
15 000
 
1755
Grigore Ghika
15 000
 
1757
Scarlat Ghika
15 000
 
1759
Grigore Ghika
56 000
 
1759
Scarlat Ghika
25 000
 
1778, 1780
Moruzi
25 000
 
1793
Mihai Sutzu
25 000
 
1795
Alexandru Callimaki
25 000
 
1805-1819
Al.Ypsilanti, Caragea, Sutzu
25 000
Simopetra
1540
Radu Paisie
?
St. Pavel
28.I.1501
les 4 frères Craioveanu
4 x 2 000
Vatoped
1515-1517
Neagoe Basarab
20 000
 
1526
Vladislav
?
 
1535 (?)
Vlad Vintila
10 000
 
1561
Alexandru Lapusneanu
~10 000
 
1692
Constantin Brancoveanu
21 000
 
1753
Matei Grigore Ghika
?
 Xenofon
1522 (?)
Neagoe Basarab
2 000
 
1526-1528
Radu de la Afumati
2 000
 
1535
Vlad Vintila
2 000
 
1542
Radu Paisie
2 000
 
1575-1577
Alexandrel
2 000
 
1579
Mihnea Turcitul
2 000
 
1592
Stefan Surdul
2 000
 
1593
Alexandru cel Rau
2 000
 
1594
Mihai Viteazul
2 000
 
1602
Simeon Movila
2 000
 
1607
Radu Serban
10 000
 
1619
Gavrilas Movila
10 000
 
1621
Radu Mihnea
10 000
 
1631
Alexandru Ilias
10 000
 
8.X.1635
Matei Basarab
10 000
 
1654
Constantin Basarab
10 000
 
1658
Mihnea Voda
10 000
 
1655, 1674(?)
Radu Leon
10 000
 
1703
Constantin Brancoveanu
10 000
 
1718
Nicolae Mavrocordat
10 000
 
1740
Constantin Mavrocordat
10 000
 
1763
Matei Racovitza
10 000
 
1766
Scarlat Ghika
10 000
 
1769-1803
? (9 documents)
10 000
 
1813
Gheorghe Caragea
10 000
 
1819, 1820
Alexandru & Mihai Sutzu
10 000
Xiropotamu
6.II.1433
Alexandra Aldea
3 000
 
1515
Neagoe Basarab
?
 
1.V.1533
Vlad Vintila
5 000
 
1757-1765
les deux Principautés
50 000
 
1757-1758
Teodor Callimaki
15 000
 
.II.1760
Scarlat Ghika
150 lei
Zografu
9.II.1433
Alexandru cel Bun (?)
3 000
 
16.VI.1466
Stefan cel Mare
~10 000
 
13.IX.1471
Stefan cel Mare
500
 
13.VII.1500
Radu cel Mare
3 000
 
1515-1517
Neagoe Basarab
3 000
 
1534
Vlad Vintila
3 000
 
1599
Ieremia Movila
100 ducati
NOTA
 - aspri = pièce de monnaie (parmi d'autres) en argent très répandue aux XVe-XVIe s., mais d'une valeur variable suivant l'époque; remplacée aux XVIIe-XVIIIe s. par le "galben" (=200 aspri) et le "imperial" (=120 aspri).
 - les montants indiqués sont des dons annuels et n'incluent pas les revenus des "biens dédiés" qui revenaient en totalité au "bénéficiaire".
 - de même, les montants sont sans commune mesure avec le tribut annuel payé aux turcs par les Principautés, pour ex. pour la Moldavie:  "... les turcs ont trouvé l'occasion d'augmenter le tribut de 12.000 galbeni à 65.000 impériali qu'ils [les Principes] doivent verser aujourd'hui [~1720 - n.a.] au trésor ottoman ..." (Dimitrie Cantenir - Descrierea Moldovei - Petropoli 1727 -la date sur l'original en latin)
 - des détails intéressants sur l'émission et la circulation des nombreuses monnaies (modaves, valaches, étrangères) qui ont circulé dans les Principautés se trouvent aussi dans:  Constantin C. Giurescu - Istoria Românilor - Buc. 1943.

Home | Règlement | Index | News | Blasons | Arbre | Sources | Contact | Bibliographie | Inscription | Glossaire  
 
Copyright © 2003-2007 Mona & Florian Budu-Ghyka